Some new Translations

For some of the statements there is now a german translation;

Pour certains des messages, il y a maintenant une traduction allemande;

Für einige der Statements gibt es jetzt eine deutsche Übersetzung;

يونس:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/19/statement-%D9%8A%D9%88%D9%86%D8%B3/

Sthefa:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/20/statement-sthefa/

Claudine:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/24/statement-claudine/

Ghani Usman:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/20/statement-ghani-usman/

Mohammed Ishtiaq:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/23/statement-mohammed-ishtiaq/

Meriem:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/23/statement-meriem/

ابراهيم تشاد:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/24/statement-%D8%A7%D8%A8%D8%B1%D8%A7%D9%87%D9%8A%D9%85-%D8%AA%D8%B4%D8%A7%D8%AF/

Mickyas Tesfayg:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/24/statement-mickyas-tesfayg/

Une femme de Guinée:  http://freedomnotfrontex.noblogs.org/post/2014/06/25/statement-une-femme-de-guinee/

There will be more translation updates.

Il y aura plus de mises à jour de la traduction.

Es wird mehr Übersetzung aktualisierungen geben.

Statement: Abdirahim

IMG_7657_lzn

“My name is Abdirahim, I’m from Somalia. I came in France 2008 and I seeked asylum. I was waiting for six months for the interview and then, when I got my interview, after one month I got negative. I took a recourse against this decision and I was waiting for two years and a half for the high court and they rejected me, in total it was three years. After the high court decision was negative, again I took a recourse for one year and half and again it was negative. And the migration police send me a letter that said you have to move out from France in one month. I respected the law and came in Germany and I seeked asylum. Then I told them everything about my history from France, to tell them I requested here my asylum. Then they said ok, we gone contact France authority, if France accept to take your responsibility we will send you back to France. If France said no, Germany taking charge of your asylum. They send my case to France and France said ok, send him back. And the Bundesamt try to deport me to France. It did not happened, my deportation was cancelled and I didn’t want to go back there. I waited for five years and they didn’t want me. If I would go back there, I would live on the streets or be deported to my country. If they deported me to Somalia there are still the problems I fleet before. And I don’t want to go back. If I go back it would be a danger for my live. I request from German government to accept my asylum.”

 

Mon nom est Abdirahim, je suis de la Somalie. Je suis venu en France en 2008 et j’ai demandé l’asile. J’ai attendue pendant six mois pour l’entretien, puis, quand j’ai eu mon entretien, après un mois, j’ai reçu négatif. J’ai pris un recours contre cette décision et je l’attendais depuis deux ans et demi pour la haute cour et ils m’ont rejeté, au total il y avait trois ans. Après que la décision de la Haute Cour a été négative, de nouveau j’ai pris un recours pour un an et demi et encore c’était négatif. Et la police de la migration m’a envoyé une lettre qui dit que vous devez sortir de la France en un mois. J’ai respecté la loi et suis venu en Allemagne et j’ai demandé l’asile. Alors je leur ai dit tout au sujet de mon histoire de France, pour leur dire que je demandé ici mon asile. Puis ils ont dit ok, nous allés contacter les autorités de France, si la France accepte de prendre votre responsabilité, nous allons vous renvoyer en France. Si la France dit non, l’Allemagne va prendre en charge votre demande d’asile. Ils ont envoyé mon cas en France et la France ont dit ok, renvoyez-le. Et le Bundesamt a essayé de m’expulser vers la France. Ce n’est pas arrivé, mon expulsion a était annuler et je ne voulais pas y retourner. J’ai attendu pendant cinq ans et ils ne voulaient pas de moi. Si je retournerais là-bas, je vivrais dans la rue ou ils m’expulseront vers mon pays. Si on me expulsés vers la Somalie il y a encore les problèmes que j’ai fuit avant. Et je ne veux pas revenir en arrière. Si je reviens, ça serait un danger pour ma vie. Je demande du gouvernement allemand à accepter mon asile.

Statement: Djehbril

Djehbril comes from Morocco. He was living in Italy for 14 years, had a wife and a daughter, 3 years old. His staying permitted Visa expired before 2 years and he was caught in Milan by the police, where he was living. He had been put in the detention center of Turin. From there he was moved to the detention center of Trapani where he was detained for several months until he got an expulsion order. He had the possibility within 14 days to leave Italy spontaneously or to present a legal recourse (a counter sentence). Even though already one week passed, he was still detained in the detention center of Trapani, without having the possibility to speak or get in contact with his lawyer. He was seriously insured with high death risk (dead arm) and in a psychological shock state of mind. Because of the high amount of psychic pain killer. Administrated to him in the country. Only thanks to the intervention of external people from political anarchical organizations, he could get his right and went out of the center to his medical care. Now he has been deported out of Europe living without an arm.

 

Djehbril vient du Maroc. Il vivait en Italie depuis 14 ans, il avait une femme et une fille, âgés de 3 ans. Son séjour autorisé visa a expiré il y a 2 ans, et il a été arête à Milan par la police, où il vivait. Il avait été mis dans le centre de détention de Turin. De là, il a été transféré au centre de détention de Trapani, où il a été détenu pendant plusieurs mois jusqu’à ce qu’il obtienne un ordre d’expulsion. Il avait la possibilité, dans 14 jours de quitter l’Italie spontanément ou de présenter un recours. Même si déjà une semaine était passé, il était toujours détenu au centre de détention de Trapani, sans avoir la possibilité de parler ou de prendre contact avec son avocat. Il a été gravement assuré à un risque de mortalité élevé (bras morts) et dans un état de choc psychologique de l’esprit. En raison de la grande quantité de tueur de douleur psychique. Administré à lui dans le pays. Ce n’est que grâce à l’intervention de personnes extérieures d’organisations politiques anarchiques, qu’il pouvait obtenir son droit et de sortir du centre à ses soins médicaux. Maintenant, il a été expulsé de l’Europe vivant sans un bras.

 

Note: This is not a direct statement, it passed through other people (not just through translation) before it get on this blog. Also it is not clear if the people knew that they could talk about everything they want. But before this get lost, it find also his place here.

Note: Ce n’est pas une déclaration, un message directe, il est passé par d’autres personnes (et pas seulement par la traduction) avant d’être sur ce blog. En outre, il n’est pas clair si les gens savaient qu’ils pouvaient parler de tout ce qu’ils veulent. Mais avant que cela soit perdu, ça trouve aussi sa place ici.

Statement: Nagi Koko

_MG_7009_Koko„My message is I have two ideas about my message. One I’m suffering too much in my country because I fight long time for human rights. For my rights also, against the dictatorship regime in Sudan. Because when I grow up I saw many things not good like situation of my tribes Nuba in the Mountains. Long time they fight the government of Sundanese, because there is no right for us to get education, no right for us to get jobs and also no right to share our culture. And also we need in my country humans like everybody but every time there is war, war, war.

Another part of my live is here in Europe. I escaped from my country because I get myself in a risk situation. I’m coming here to get my right but everything is difficult here in my live. about two years and five months they don’t accept my case as asylum seeker after that they put me in detention centrum 5 months. Everyday supposed to get a stamp in the morning like in prison. After that 7 months in real prison, in Airport of Amsterdam. After that from now I am in the street, without any right also without any care, like medical care, without any protection. But I fight with big group in Amsterdam, we are here a group. And now I think the march is good chance for me to fight for my right, and the right of my sisters and brothers.

I thing march is a good chance to make unite of refugees and supporters to fight together against this racism system, this discrimination system like Dublin convention and Frontex because if you are put refugee without any care in Europe without shelter and without basic human rights this means killing refugees. Because that why we are here and we will fight freedom of movement is everybody’s right. “

 

 

Mon message, c’est que j’ai deux idées au sujet de mon message. De un que je souffre trop dans mon pays parce que je me bats depuis longtemps pour les droits humains. Pour mes droits aussi, contre le régime de dictature au Soudan. Parce que quand j’ai grandis j’ai vu beaucoup de choses pas bonnes comme la situation de mes tribus Nuba dans les Montagnes. Longtemps ils combattent le gouvernement soudanais, parce qu’il n’y a pas de droit pour nous de l’éducation, aucun droit pour nous d’obtenir des emplois et également pas le droit de partager notre culture. Et aussi nous avons besoin dans mon pays d’humains comme tout le monde, mais à chaque fois il y a la guerre, la guerre, la guerre.
Une autre partie de ma vie est ici, en Europe. J’ai échappé de mon pays parce que je me suis retrouvé dans une situation risqué. Je viens ici pour obtenir mon droit, mais tout est difficile dans ma vie ici. Environ deux ans et cinq mois, ils n’acceptent pas mon cas comme demandeur d’asile après ils m’ont mis dans centrum de détention pour 5 mois. Tous les jours censé d’obtenir un timbre dans la matinée comme en prison. Après, 7 mois en véritable prison à l’aéroport d’Amsterdam. Après ça jusqu’à maintenant je suis dans la rue, sans aucun droit, également sans soins, comme les soins médicaux, sans aucune protection. Mais je me bats avec le grand groupe à Amsterdam, nous sommes ici un groupe. Et maintenant, je pense que la marche est une bonne occasion pour moi de me battre pour mon droit, et le droit de mes frères et sœurs.
Je pense que la marche est une bonne occasion d’unir des réfugiés et des supporters à lutter ensemble contre ce système raciste, ce système de discrimination comme la convention de Dublin et Frontex parce que si vous mettez les réfugiés sans soins en Europe sans abri et sans droits fondamentaux ca veut dire de tuer les réfugiés. C’est la raison pour laquelle nous sommes ici et nous allons nous lutter, la liberté de mouvement est un droit pour tous.